Colloque du 22 mai 2021

Psychanalyse et cinéma : Deux fenêtres sur le monde intérieur ?

Jean-Pierre AMÉRIS

220px-Jean-Pierre_Améris_Cabourg_2011.j

Né à Lyon en 1961.

Diplômé de l’IDHEC (1984-1987)

Chevalier Dans l’Ordre des Arts et des Lettres

Il se prend de passion très tôt pour le cinéma et se met en tête dès l’adolescence de devenir réalisateur de films.

Entre 1980 et 1984 il tourne trois courts-métrages à Lyon tout en travaillant en intérim.

En 1984, il monte à Paris pour faire l’IDHEC, « ancêtre » de la FEMIS.

Ses études achevées, il « redescend » à Lyon où, en 1987, toujours produit par Daniel CHARRIER et la société CLC, il tourne un court-métrage intitulé « Intérim », où il prend pour décors des usines dans lesquelles il avait travaillé.

Le film obtient le Grand Prix du Festival de Clermont-Ferrand en 1988.

 

Il se lance avec la scénariste Caroline Bottaro dans l’écriture de son premier long-métrage, « Le bateau de mariage », une adaptation d’un roman de Michel Besnier.

De nouveau produit par Daniel Charrier et la CLC, le film est tourné dans la Loire à l’été 1992.

Il sort sur les écrans en Janvier 1994 après avoir été présenté au festival de Berlin et obtenu le Prix de la Jeunesse au festival de Tübingen.

 

En 1994, il tourne pour la télévision un épisode de la série « Les enfants du juge », « Le braqueur solitaire », avec Frédéric Pierrot et Ariane Ascaride.

 

A l’occasion des cent ans du cinéma, il tourne en 1995 pour l’Institut Lumière un documentaire sur les frères Lumière intitulé « Le voyage des cinéastes ».

 

En 1995 il tourne à Saint-Etienne « Les aveux de l’innocent », scénario original inspiré d’un fait-divers, écrit avec Caroline Bottaro et Jean-Louis Benoït.

Le film est de nouveau produit par Daniel Charrier et la CLC.

Il est interprété par Bruno Putzulu, Elisabeth Depardieu, Jean-François Stévenin.

Le film obtient plusieurs prix au festival de Cannes 1996 : le Prix de la Semaine de la Critique, le Prix de la Jeunesse et le Grand Rail d’Or décerné par l’association des cheminots cinéphiles.

 

Il enchaîne ensuite deux films pour la télévision : « Madame Dubois, Hôtel Bellevue », avec Micheline Presle, pour France 3 en 1996, puis « L’amour à vif », sur la violence conjugale, avec Samuel Le Bihan et Sophie Aubry, pour M6 en 1997.

 

Retour au cinéma en 1998 avec son troisième long-métrage, « Mauvaises fréquentations », produit par Philippe Godeau pour la Pan-Européenne.

Le film est tourné à Grenoble et est interprété par Maud Forget, Lou Doillon, Robinson Stévenin…

 

C’est le début d’une longue collaboration avec le producteur Philippe Godeau pour lequel il réalise en 2000 « C’est la vie », inspiré de « La mort intime » de Marie de Hennezel.

Le film est tourné dans le Var dans un centre de soins palliatifs et mêle véritables malades en fin de vie et comédiens parmi lesquels Jacques Dutronc, Sandrine Bonnaire, Emmanuelle Riva…

 

Lire la suite de sa biographie détaillée en téléchargement PDF

Filmographie complète de Jean-Pierre Améris en PDF

Amélie DE CAZANOVE

ROSA.jpg

Psychologue clinicienne et psychanalyste, membre de la Société Psychanalytique de Paris (SPP).

A co-fondé et co-anime depuis 14 ans les « Rencontres Cinéma et Psychanalyse ».

A également co-fondé la Revue en ligne « Les Enfants de la Psychanalyse »  www.lesenfantsdelapsychanalyse.com

Jean-François GOUIN

BEIGE4.jpg

Psychanalyste. Membre de la Société Psychanalytique de Paris (SPP).

Psychodramatiste. Membre du comité de rédaction de la Revue Française de Psychanalyse.

Alberto KONICHECKIS

Konicheckis-Alberto_portrait.jpg

Psychologue Clinicien, Psychanalyste

Professeur émérite en Psychologie Clinique et Psychopathologie de l'Université de Paris

Membre de la Société Psychanalytique de Paris (SPP)

Membre de la Société Européenne pour la Psychanalyse de l'Enfant et de l'Adolescent (SEPEA)

Membre de la Société Française de Thérapie Familiale Psychanalytique

Président du Groupe d'Etudes en Clinique Psychanalytique (GECP), à Aix-en-Provence

Sylvie PONS-NICOLAS

IMG_0861 Sylvie PONS-NICOLAS.jpg

Psychiatre-Psychanalyste - membre titulaire formatrice à la SPP.

Après avoir été chargée de cours à Paris VII dans un D.U de psychosomatique, elle a travaillé comme psychanalyste dans un BAPU (Bureau d’aide psychologique universitaire) .

Delphine SCOTTO DI VETTIMO

Photo%2520de%2520Delphine%2520Scotto%252

Maître de Conférences en Psychopathologie Clinique - HDR - Laboratoire de Psychopathologie Clinique : Langage et subjectivité - LPCLS E.A. 3278 -
U.F.R. ALLSH Pôle de Psychologie
Psychologue clinicienne, psychanalyste, Maître de Conférences H.D.R. en Psychopathologie Clinique à Aix-Marseille Université. Ses travaux de recherche universitaire portent d’une part, sur une étude psychopathologique et psychanalytique de la honte dans un contexte de traumatisme (maltraitance, inceste, violence sexuelle et situations dites « extrêmes ») chez l’enfant et l’adulte ; d’autre part, sur le dialogue fécond entre psychanalyse et art, plus particulièrement à la lumière de l’œuvre de la peintre mexicaine Frida Kahlo. Ses axes de recherche se déclinent autour de la question du corps, du féminin, de la féminité et de la grossesse sous son angle pathologique. Sont interrogés les enjeux et les fonctions de la sublimation, du processus créatif à travers la peinture mais aussi du lien intime existant entre la vie et l'œuvre de l'artiste. En s’appuyant sur ces productions picturales, ce travail propose de mettre en exergue le point de bascule ayant pour ressort le statut équivoque du traumatisme (structurel, réel ou fantasmatique), fantasme inconscient et non-dits de l’œuvre.

Rajah SHARARA

Raja-Sharara_sqare.jpg

Psychologue clinicienne, psychanalyste, Fondatrice et présidente de l'association Psyché et Art, membre adhérent de la CIPPA.

Marie SIRJACQ

ROSA.jpg

Psychanalyste (Société Psychanalytique de Paris), psychosomaticienne (IPSO)

www.ipso.marty.org